Fiches pratiques BPCO

    Les principaux facteurs de risque de la BPCO sont les particules nocives inhalées comme le tabac, les pollutions de l’air (des habitations ou atmosphérique), les milieux professionnels, les infections dans.
    (Lire la suite »)

    Si vous avez une BPCO sévère mais que vous gardez une activité régulière, votre pronostique n’aura rien à voir avec celui d’un patient de même gravité, mais totalement sédentaire. Une activité physique régulière va progressivement améliorer votre aptitude à l’effort et votre qualité de vie au quotidien. Aussi n'hésitez pas à bouger..
    (Lire la suite »)

    Mieux vaut prévenir que guérir. Le conseil vaut pour toutes les maladies, dont la Broncho Pneumopathie Obstructive Chronique (BPCO). Encore faut-il connaître les signes précurseurs de cette maladie qui se révèle souvent tardivement. Aussi répondez à un simple questionnaire que nous mettons ici à votre disposition. Il vous aidera à savoir si vous avez ou non une BPCO..
    (Lire la suite »)

    25 à 50% des personnes atteintes d’une BPCO ont une mauvaise situation nutritionnelle et qu’au moins 20% sont en état de dénutrition. Les causes en sont diverses. Un bon état nutritionnel est essentiel dans le traitement de la BPCO..
    (Lire la suite »)

    Nous vivons dans 85 % du temps dans des endroits fermés (domicile, bureau, magasins, transports) qui sont des sources de pollution pour nos bronches, comme l'est par ailleurs le tabac. Ces expositions ne sont pas sans risques pour la santé. Elles peuvent non seulement favoriser l’apparition d’une BPCO mais aussi aggraver une BPCO déjà existante. Quelques conseils pratiques pour limiter les expositions aux polluants..
    (Lire la suite »)

    Il n’est pas toujours facile d’évoquer ses problèmes sexuels avec son médecin, qu’il s’agisse de manque de désir, de difficultés d’érection pour l’homme, de déprime ou de peur à cause de l’essoufflement. Faut-il pour autant renoncer à toute activité sexuelle quand on a une BPCO ? Certainement pas ! Des méthodes existent pour moins s'essouffler. .
    (Lire la suite »)

    Lorsqu’on souffre d’une maladie respiratoire chronique comme la BPCO, le seul fait de respirer demande beaucoup d’énergie. En cas de chaleur, le corps en dépense davantage pour maintenir sa température interne à un niveau normal de 37°C environ. Cela n’est pas sans conséquences sur l’organisme. Nos conseils pour vous protéger au mieux..
    (Lire la suite »)

    L’état de santé des personnes souffrant d’une BPCO est lié au stade de la BPCO mais aussi à la fréquence des exacerbations, c’est-à-dire des périodes durant lesquelles les symptômes habituels de la BPCO s’aggravent particulièrement. Reconnaître les signes, apprendre à les prévenir et à réagir face à ces manifestations est important afin d’éviter des complications et de vivre au mieux au quotidien.
    (Lire la suite »)

    Dans 85% des cas, le tabac a un rôle central dans la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Plus un individu a fumé, plus il risque de développer une BPCO. Même pour une exposition moindre, le tabagisme, y compris le tabagisme passif, constitue un risque dont il faut tenir compte. Plus d’explications.
    (Lire la suite »)